vin bon pour la sante

Le vin est-il bon pour la santé?

 

Quand il s’agit de déterminer si le vin est bon pour la santé, la question peut être positive ou négative selon les amoureux passionnés ou les détracteurs de la consommation du vin. Vins de primeur ou de garde, crus divers, que de saveurs et peut-être que de dégâts ou de bienfaits pour la santé !

Le vin et ses dégâts

Le vin peut gravement nuire à la santé. Il serait à l’origine de nombreuses maladies. L’expression selon laquelle plus de « trois verres » bonjour les « dégâts » trouve ici toute sa valeur. La consommation excessive du vin est à l’origine de plusieurs maux. L’alcool communément appelé éthanol et les polyphénols sont des composants du vin très dangereux. Les experts en santé et en œnologie (Docteur Serge Renaud, le Cabinet ALCIMED, les lois de santé publique…) font allusion à plusieurs maladies et troubles, provoquées par la consommation excessive de l’alcool. Ils comptent : les problèmes digestifs, nerveux et cardio-vasculaires (cirrhoses, hépatites, cancers…), la rabdomolyse, le coma éthylique, les accidents routiers et sociaux, l’affection des fœtus.

Le vin comme remède

 

Les mêmes experts du vin  disent qu’il est bon pour la santé. Mais qu’il faut trouver le juste équilibre et dosage pour le couple vin-santé. Qu’une consommation modérée et régulière est bien plus salutaire qu’une absence totale d’alcool dans l’organisme. En fait, l’alcool évite les dépôts de graisse dans les artères qui conduisent le sang et autres nutriments vers le cœur. Ce qui est un bon moyen préventifs pour tous les problèmes cardio-vasculaires cité plus haut. En plus, le vin est calorifique. On sait qu’un gramme d’alcool contient 7 kcal et qu’un verre de vin contient en moyenne 10 grammes d’alcool. L’apport énergétique d’un verre de vin est de  70 Kcal et 140 Kcal pour deux verres, le maximum  de consommation  journalière conseillée.

Consommation du vin : aspects à considérer

Pour que le vin soit bon pour la santé, il est préférable qu’on considère plusieurs aspects. Déguster du vin est  une question de personne, individuellement parlant. L’action de l’alcool est différente chez X ou Y, chez l’homme et la femme. La femme serait plus vulnérable. Son organisme, pour une prévention de maladies cardiovasculaires, aurait besoin de 11 consommations au lieu de 17 verres chez l’homme. On suggère donc de boire quotidiennement au moins un verre. Eviter de boire abusivement  en une seule occasion (le temps d’un week-end, fêtes d’universités ou sportives…). En outre, il est indispensable de voir d’autres aspects tels : l’âge des consommateurs (adolescents,  jeunes, vieux), le physique (obèse ou non), le type de maladie à risquer ou à soigner (cardiomyopathies, cancer, diabète…). Considérer aussi le type de vin à consommer (surveiller les composants et  degrés 12°, 30°, 40°).

  • partenaires